Liste de lecture #001

Lire c’est comme se mettre dans la peau d’un autre. Pas pire bonne semaine pour s’y mettre. Voici 5 suggestions de livres pour éclairer une situation qui laisse sans mots.

1 – La prochaine fois, le feu

Par James Baldwin – Éditeur : Gallimard

En dépit des bouleversements psychologiques et sociaux qu’il exige, cet ouvrage ne veut que proposer la solution de bon sens au problème de la place des Noirs dans la société américaine. Malgré le ton parfois menaçant, malgré la satire souvent mordante, La prochaine fois, le feu est avant tout un appel à la modération, une ultime tentative de compromis (en 1963) entre les extrémistes des deux bords aveuglés par la passion.Tant par l’actualité des phénomènes dont il présente l’analyse irréfutable que par le mélange de douleur contenue et d’ironie cinglante qui lui donne ce ton si particulier, ce témoignage ne manquera pas d’attirer l’attention du lecteur qui en retiendra les qualités littéraires autant que l’importance politique.

2 – Americanah

Par Chimamanda Ngozi Adichie – Éditeur : Gallimard

Chimamanda Ngozi AdichieAmericanah« En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire. »Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique, qui compte bien la rejoindre.Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés ?Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.À la fois drôle et grave, doux mélange de lumière et d’ombre, Americanah est une magnifique histoire d’amour, de soi d’abord mais également des autres, ou d’un autre. De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et les clichés sur la race ou le statut d’immigrant, et parcourt trois continents d’un pas vif et puissant.« Avec Americanah, Adichie est à la négritude ce que Philip Roth est à la judéité : l’avocate la plus ardente, la critique la plus féroce. »New York Magazine« Empathique, viscéral et délicatement drôle. »The Times« Sublime. »Elle (USA)

3 – Le grain de sable

Par Webster – Éditeur : ValMO

Originaire de l’île de Madagascar, Olivier Le Jeune arrive dans la ville de Québec en 1629 en tant qu’esclave. Il avait 10 ans.

Au-delà de son statut d’esclave, il est la première personne d’origine africaine à habiter de manière permanente au Canada. Ce livre, inspiré de ce qu’il a réellement vécu, suit le parcours d’Olivier Le Jeune, de sa capture à Madagascar jusqu’à son arrivée dans la ville de Québec. On apprend comment il a pu s’adapter à sa nouvelle réalité dans les débuts de la Nouvelle-France.

4 – Chien blanc

Par Romain Gary – Éditeur : Gallimard

C’était un chien gris avec une verrue comme un grain de beauté sur le côté droit du museau et du poil roussi autour de la truffe qui le faisait ressembler au fumeur invétéré sur l’enseigne du Chien-qui-fume, au bar-tabac à Nice, non loin du lycée de mon enfance.
Il m’observait, la tête légèrement penchée de côté, d’un regard intense et fixe, ce regard des chiens de fourrière qui vous guettent au passage avec un espoir angoissé et insupportable. Il entra dans mon existence le 17 février 1968 à Beverly Hills, où je venais de rejoindre ma femme Jean Seberg, pendant le tournage d’un film.

5 – Une nuit au Mississippi

Par Craig Shreve – Éditeur : Les Allusifs

Dans le Mississippi du milieu des années 1960 où sévit encore une ségrégation à peine dissimulée, Graden Williams, jeune militant pour l’égalité des droits entre Noirs et Blancs, est brutalement assassiné. Au cours des décennies suivant la parodie de procès des meurtriers qui a débouché sur un non-lieu, son frère, Warren, coupe tous les ponts avec le reste de sa famille et erre d’un bout à l’autre des Etats-Unis, chargé du fardeau de la mort de Graden dont il se sent responsable. Lorsque, quarante ans plus tard, les autorités rouvrent l’enquête, Warren se voue entièrement à la traque des assassins de son frère afin qu’ils soient traduits en justice. Conduit par une série d’indices dans une petite ville du nord de l’Ontario, il y trouve Earl Olsen, le dernier des tueurs en fuite, et réduit enfin au silence les démons qui tant d’années durant l’ont hanté.

Questions

Si tu as besoin d’aide, ou si tu as des questions ou des commentaires, tu peux nous écrire à info@prel.qc.ca. L’équipe se fera un plaisir de te répondre.

Vous devez absolument vous rendre à la bibliothèque de votre municipalité. Prenez le temps de bien lire les documents que vous devez avoir en votre possession afin d’ouvrir votre compte d’usager.

Oui! Bien sûr. Nous serions ravis d’avoir les commentaires et suggestions des lecteurs et lectrices. Vous êtes les meilleur.e.s personnes pour proposer des ajouts. N’hésites surtout pas! Nous sommes curieux de les découvrir aussi. Écris-nous à info@prel.qc.ca

Pour emprunter un livre à ta bibliothèque publique municipale, il te faut une carte d’usager. C’est obligatoire pour les emprunts.  Le plus simple est de visiter le site internet de ta bibliothèque ou d’appeler pour avoir les renseignements nécessaires à ton inscription.  N’oublie pas que la bibliothèques scolaires de ton établissement scolaire peut aussi t’aider à trouver les lectures que tu cherches.

Oui, tout à fait! Certaines bibliothèques offrent ce service, et des prêts entre bibliothèques existent. La meilleure façon de procéder est de demander à ton ou ta bibliothécaire ce qu’il peut faire. Ils seront ravis d’aider un usager à trouver son bouquin souhaité.

Si tu éprouves des difficultés à voir les icônes des concours, il se peut que ton «Coupe-feu» communément appelé «FireWall» bloque l'accès. Il s'agit d'un logiciel de protection contre les virus. Il faut aller dans tes paramètres et voir si l’option «Ne pas afficher de pop up ou de bannière publicitaire» est activée. Si c’est le cas, tu dois désactiver cette option pour accéder à nos concours.

La plupart de nos prix et de nos partenaires sont au Québec. Donc, si par exemple, un restaurant de la région de Montréal offre une carte-cadeau, on imagine qu'un jeune de Vancouver ne pourra pas se déplacer pour en profiter. Mais l’équipe AGOL fait tout en son pouvoir pour offrir des concours qui rejoignent le plus grand nombre de personnes possible.

Lorsqu'un concours est terminé, nous affichons la liste des gagnants sur les réseaux sociaux. Suis-nous sur Facebook et Instagram! Cependant, il est possible qu'il y ait un délai car nous devons parler aux gagnants avant d'afficher leurs noms sur les sites.